Comment négocier le prix d’achat d’une maison ?

A mi-chemin entre l’art et la science, la négociation est une affaire délicate. Proposez trop bas et vous êtes exclu de la conversation, avancez trop haut et vous vous retrouvez en cage, sans aucun moyen de vous échapper. Alors, comment établir une offre qui vous soit juste et ne vous lèse pas ?

Voici notre guide pour négocier un prix d’achat.

A lire aussi : Investir à Toulouse : nos conseils

1. Regardez les ventes comparables récentes

La première étape vers une négociation réussie consiste à déterminer la valeur de la maison que vous espérez acheter. L’un des meilleurs moyens de le faire est d’examiner les ventes récentes de propriétés locales similaires, notamment en faisant quelques recherches sur des sites spécialisés dans le domaine.

Grâce à votre connaissance du marché local, vous serez en mesure de présenter une offre en toute confiance et en toute sécurité, sachant que vous disposez de preuves à l’appui de votre argumentation. Un expert du secteur en est arrivé à comparer les démarches au fait d’aller au tribunal. Si vous devez répondra à une accusation à votre encontre et que vous dîtes seulement que vous n’êtes pas coupable sans apporter aucune preuve, vous aurez sûrement des ennuis.

A lire en complément : Comment se faire accompagner dans l'achat d'un bien neuf ?

2. Prendre en compte les conditions du marché

Des données récentes sur les ventes comparables offrent un baromètre assez précis de la force du marché local, mais vous devez également assister à des inspections et surveiller les taux de liquidation des enchères afin de déterminer s’il s’agit d’un marché de vendeurs ou d’acheteurs.

Dans le premier cas, vous devez proposer une offre judicieuse dès le départ, car le vendeur aura de nombreuses alternatives à envisager. Mais ce dernier offre un peu plus de marge de manœuvre, selon certains spécialistes. “Vous pourriez faire une offre 10 à 15% inférieure à ce que vous pensez être la valeur de la propriété pour tester les eaux et résoudre le problème du vendeur”, selon eux.

3. Découvrez les véritables raisons de la vente

Comme dans le domaine sportif, il est essentiel de connaître la personne avec qui vous devez négocier, car chaque fournisseur apporte à la vente une histoire personnelle qui façonne la façon dont il considère chaque offre.

En fait, il est affirmé par la majorité des professionnels de l’immobilier que le fait de ne pas savoir “ce qui motive le vendeur en termes de facteurs autres que les prix” est l’une des erreurs les plus courantes commises par les acheteurs. Toujours selon leurs avis, les acheteurs doivent réfléchir aux conditions de règlement et aux dépôts, ainsi qu’au prix.

Juste pour vous donner un exemple, nous avons récemment acheté une propriété à un très vieux vendeur qui habitait dans sa propriété depuis 50 ans. Il souhaitait un règlement assez long, car il avait besoin de trouver un autre logement. Nous avons donc proposé un règlement de 150 jours et la possibilité de le louer au loyer du marché s’il ne parvenait pas à trouver un autre bien dans ce délai. L’accord a été conclu et cela nous a également permis d’économiser 40 000 euros sur le prix de vente.

4. Faites une offre écrite et rendez-la «propre»

Si vous êtes sérieux au sujet de la propriété, l’étape suivante consiste à faire une offre par écrit ou par contrat. La clé du succès est de mettre en place une offre «propre» avec le moins de conditions possible, afin que l’acheteur sache qu’il est peu probable que vous vous retiriez à une date ultérieure.

Vous voulez présenter une offre aussi intéressante que possible, ce qui signifie que votre financement est déjà pré-approuvé et que vous ne conditionnez pas votre offre à la vente de votre maison actuelle.

Nous conditionnons toutes nos offres sur la base d’un rapport de construction, mais nous ne le demandons que pour une durée de moins de 24 heures et nous retirons nos constructeurs le lendemain pour que cela ne dilue pas la qualité de notre offre.

Certains professionnels suggèrent de soumettre une offre avec un nombre impair, plutôt qu’un nombre pair comme 700 000 €, par exemple, car ce nombre donne l’impression que vous vous êtes étendu et que vous ne pouvez pas aller plus haut.

Il est aussi plus judicieux de demander un dernier droit de réponse à l’offre, de sorte que, si un fournisseur reçoit une offre plus élevée d’une autre partie, vous aurez toujours une chance de battre cette offre, en fonction de vos possibilités.

5. Discutez de l’intérêt pour une autre propriété

Selon la force du marché au moment où vous soumettez votre offre, il y a toutes les chances que vous entendiez un “non” avant d’entendre un “oui”. Si vous vous trouvez dans cette situation, nous vous suggérons de fournir des preuves de ventes comparables plus faibles ou de parler de votre intérêt pour une autre propriété.

Dites à l’agent que vous aimez sa propriété, mais que si vous ne pouviez pas l’obtenir au prix que vous proposez, vous allez choisir l’autre offre que vous lui aurez parlé au préalable et envoyez-lui un lien vers la dite propriété. Cela aura pour effet de faire prendre conscience au vendeur qu’il risque de perdre votre offre, ce qui peut aider à pousser l’affaire au-delà de ses limites actuelles.

Des conseils pour votre future négociation

Vous savez que le prix proposé n’est pas celui escompté, il est alors préférable de vous renseigner en amont pour être certain de dénicher le tarif le plus adapté. Toutefois, cela demande des connaissances que ce soit au niveau des tendances et du marché. C’est pour cette raison que vous avez rendez-vous sur le site https://www.immobilier-danger.com/De-combien-peut-on-negocier-le-418.html puisque ce site spécialisé vous apportera toutes les astuces afin de négocier votre prêt ou encore le prix d’achat de votre logement.

  • En ce qui concerne la négociation, il faut une maîtrise parfaite du marché pour être certain d’avoir le meilleur tarif.
  • Dans certains cas de figure, les meilleurs peuvent obtenir près de 50 %, mais cela nécessite forcément une recherche très pointilleuse.
  • Vous devez donc lister tous les aspects négatifs, ils devraient vous aider à abaisser le tarif.
  • Si vous n’avez pas de connaissances, vous pouvez aussi faire appel à un spécialiste de la négociation qui pourra vous proposer ses services.

Dans ces conditions, vous serez clairement en mesure de profiter du meilleur prix d’achat et votre investissement répondra à toutes vos attentes. Prenez toutefois le temps pour valider cette transaction, cela vous évite les mauvaises surprises dont les conséquences sont parfois importantes.