Comment calculer son coefficient de réduction majoration ?

113
Partager :
gray computer monitor

En assurance auto/moto, de nombreuses dispositions sont prévues en France pour faciliter la souscription au propriétaire d’engins. L’une d’entre elles est le coefficient de réduction majoration. Encore appelé coefficient bonus-malus, il s’agit d’un système servant à majorer ou minorer les primes d’assurance aux assurés. Étant donné que ce dernier représente une valeur numérique, il dispose alors d’une méthode de calcul. La difficulté, cependant, est que la plupart des conducteurs de véhicules ignorent la formule de calcul. Comment calculer donc son coefficient de réduction majoration ? Découvrez-le dans ce guide.

Appliquer 5% de réduction au coefficient de l’année antérieure en cas de 0 accident responsable

Le coefficient de réduction majoration est une forme de modulation annuelle de primes d’assurance, par rapport au nombre de sinistres occasionnés par un conducteur. Autrement dit, ce produit d’assurance permet (au bout d’un an) de réduire ou d’augmenter la cotisation à souscrire par un assuré. L’augmentation ou la réduction de prime dépend du nombre de dommages dans lesquels la responsabilité du conducteur est engagée. Plus le nombre de dommages est élevé à l’échéance d’un an, plus le coefficient sera élevé et inversement.

A lire en complément : Louer un meublé professionnel pour payer moins d'impôts ?

Considérant ceci, il est envisageable de penser que le coefficient bonus-malus possède une formule de calcul. Toutefois, cette méthode est très simple et n’implique aucune formule mathématique conventionnelle. Au début de toute souscription d’assurance, le coefficient est connu pour tous les nouveaux assurés. Ce coefficient bonus-malus (CRM) est de 1.

Au bout d’une année, en cas de 0 dommages ou accidents responsables, le coefficient est appliqué de 5% de réduction ; soit CRM = 1 – 0,05 ; CRM = 0,95. Pour l’année à suivre, le coefficient sera encore appliqué de 5% (en cas d’absence d’accident responsable), soit CRM = 0,95 × 0,95 ; CRM = 0,9025 et ainsi de suite. Il s’agit là de la méthode bonus du coefficient RM.

A voir aussi : Quelle est la différence entre T1 et F1 ?

Appliquer 25% de majoration au coefficient de l’année en cours à chaque accident responsable

Après la formule de réduction du coefficient CMR d’une assurance, figure une méthode de calcul du coefficient de réduction majoration. Cette autre méthode est celle du malus. En supposant que le nouvel assuré n’ait encore commis aucun dommage, chaque nouvel accident impliquant sa responsabilité fait frapper le coefficient d’une majoration de 25%. En d’autres termes, le coefficient augmente de 0,25 à chaque accident responsable, au cours de l’année.

Pour exemple, supposons qu’un nouveau propriétaire d’engin fasse une souscription d’assurance. Conventionnellement, son coefficient de réduction majoration est fixée à 1. Si après trois mois, le véhicule du propriétaire est responsable d’un accident, sa responsabilité civile sera engagée et son assureur prendra en charge les dommages.

Et dans cette circonstance, le coefficient bonus-malus du conducteur sera majoré de 25% ; soit CRM = 1 + 0,25 ; CMR = 1,25. En cas d’un autre accident responsable (la même année), le coefficient sera appliqué de 25% de majoration. Le coefficient passe alors à : CRM = 1,25 × 1,25 ; CRM = 1,5625.

Quelques règles de calcul du coefficient de réduction majoration

Lors du calcul du coefficient de réduction majoration, il importe de mettre l’accent sur quelques règles. Ces règles permettent principalement d’avoir un suivi régulier de son coefficient de majoration. Pour les successions d’années, le coefficient de réduction majoration est toujours appliqué de 5% de réduction. Ce qui voudra dire, que le coefficient bonus-malus de l’année antérieure sera toujours multiplié par 0,95 (en absence d’accident responsable) pour avoir le CRM de l’année suivante. Au bout d’un certain nombre d’années, lorsque le coefficient bonus-malus atteindra 0.5, ce dernier ne descendra plus en dessous.

Pour la majoration du CRM (à chaque accident), la règle est similaire. Le coefficient sera toujours majoré de 25%. Ceci implique, que pour chaque dommage responsable, l’ancien coefficient sera multiplié par 1,25. Cependant, une fois que ce coefficient de réduction majoration atteint 3,50, il ne montera plus au-dessus.

Une autre règle relative au coefficient bonus-malus est celle relative à l’arrondissement des valeurs. Lorsque le coefficient est irrationnel (ou possède plusieurs chiffres après la virgule), il sera arrondi à deux chiffres après la virgule. En cas d’un accident faisant impliquer une demie-responsabilité du propriétaire d’engin, le coefficient réduction majoration de ce dernier sera frappé de seulement 12,5%. Soit CRM = 1 + 0,125 ; CRM = 1,125.

Partager :