10 signes que vous êtes un acheteur de maison de cauchemar

Dans votre quête pour réaliser votre rêve d’accession à la propriété, vous serez peut-être le pire cauchemar de votre équipe immobilière.

Alors que la plupart des professionnels de l’immobilier se donnent le plaisir d’aider les nouveaux propriétaires à réaliser leur rêve d’accession à la propriété, rien ne gâcherait plus une affaire qu’un acheteur cauchemardesque. Les acheteurs de cauchemar peuvent être de mauvais communicateurs et de piètres planificateurs. Ils abordent les situations de manière compulsive et ont des attentes irréalistes. Non seulement ils rendent tout le processus d’achat difficile pour toutes les personnes concernées, mais ils se mettent aussi par inadvertance dans une situation désavantageuse. Faites-vous partie de ceux qui sont considérés comme des acheteurs déraisonnables ? Voici quelques-uns des signes révélateurs :

A lire en complément : 7 choses surprenantes que votre agent immobilier ne peut pas vous dire

1. Défaut de communication

Le fait d’avoir des voies de communication ouvertes entre vous et les diverses parties impliquées dans le processus d’achat d’une maison peut faire ou défaire votre expérience. Une communication efficace se fait dans les deux sens. Vous devriez recevoir un suivi rapide de votre agent immobilier, de votre prêteur, de votre société de titres ou autres parties prenantes et vous devriez également faire preuve de la même courtoisie dans votre réponse. Si votre agent immobilier ne répond plus, vous pourriez manquer une date limite pour soumettre une offre pour la maison de vos rêves. Ignorer les demandes de votre prêteur hypothécaire peut entraîner des retards dans la garantie de votre prêt.

2. Avoir des attentes irréalistes

L’une des étapes préliminaires de l’achat d’une maison consiste à se renseigner sur l’inventaire de votre marché cible. Il peut être décourageant d’apprendre que votre argent ne vous permet pas d’acheter autant que vous l’espériez. Néanmoins, vous ne pouvez pas placer une cheville carrée dans un trou rond. Si vous êtes motivé à acheter une propriété, vous devrez à un moment donné élaborer une nouvelle stratégie qui répondra à vos objectifs et qui vous permettra de faire fructifier votre portefeuille. Pouvez-vous ouvrir votre recherche à une ville voisine plus abordable ? Pour rester dans le secteur que vous désirez, pouvez-vous envisager différents styles de maison, comme des appartements en copropriété ou des maisons à rénover ?

A lire également : Les 6 points montrant que les émissions de téléréalité sur l'immobilier se trompent

3. Négliger les visites guidées de la maison

Tout le monde est occupé et, l’intégration d’une recherche de logement dans un horaire déjà chargé peut être stressante. Mais si vous voulez vraiment acheter une maison, vous devez en faire une priorité. Non seulement c’est impoli de ne pas se présenter à une visite d’une propriété prévue, mais cela donne le mauvais ton, ce qui peut vous pénaliser en cours de route. Par exemple, dans les premières étapes de la recherche d’une maison, vous pouvez décider d’annuler une visite à la dernière minute. Avancez rapidement de quelques mois lorsque vous voulez vraiment voir une propriété. Coïncidence, le même agent immobilier représente la maison et se souvient de vous en tant qu’acheteur de flocons.

4. Amener tout votre entourage à une présentation

Bien sûr, il peut être utile qu’un membre de la famille proche ou un ami vous accompagne lorsque vous regardez une maison, mais avoir plus que quelques opinions supplémentaires peut être submergeant. Si vous décidez d’amener un invité aux visites, il est important d’établir des limites. De nombreuses personnes offrent leurs commentaires non sollicités, ce qui peut être décourageant lorsque vous ne voyez pas les choses du même œil. Avant de faire participer un tiers à votre recherche, assurez-vous que cette personne comprend vos priorités et vos contraintes budgétaires.

5. Exagérer la négociation après l’inspection d’une maison

En immobilier, tout est négociable. Même s’il est courant de négocier après l’inspection de la maison, certains vont un peu trop loin. Lors de l’achat d’une maison usagée, les acheteurs ne devraient pas s’attendre à ce que tout soit parfait, car ils ne le sont jamais. La renégociation des prix ou la préparation d’une entente de réparation détaillée pour des articles mineurs est une opération de nickel et de chaux, particulièrement en ce qui concerne les conditions apparentes à l’œil nu, comme l’écaillage de peinture ou de revêtements de sol endommagés.

6. Ignorer les conseils judicieux de votre prêteur

Il est essentiel d’avoir de solides relations de travail avec votre institution de financement – après tout, vous dépendez du créancier qui vous accorde votre prêt. Lorsque votre demande sera soumise à la sélection des risques, toutes vos finances feront l’objet d’un examen minutieux. Pendant ce temps, on vous conseillera de ne pas apporter de changements majeurs à votre situation financière. Changer d’emploi, acheter une nouvelle voiture ou s’endetter davantage en cours de transaction peut mettre beaucoup de pression sur la situation ou même ruiner votre affaire.

7. Sortir les concepts immobiliers de leur contexte

Vous ne devez jamais prendre une décision d’achat importante à l’aveuglette. Au cours des étapes préliminaires d’achat, vous aurez besoin d’être informé et de consulter Google pour toutes vos questions immobilières. Étant donné que les lois et les pratiques en matière d’immobilier varient d’une région à l’autre et même d’un département à l’autre, vous ne devez pas sortir l’information du contexte. Lorsque vous êtes réellement prêt à acheter, vous devez vous entourer d’experts de confiance qui connaissent bien les nuances de votre marché local.

8. Oublier de mentionner un partenaire acheteur

Il peut sembler difficile d’oublier un partenaire lorsque vous achetez une maison, mais cela arrive plus souvent que vous ne le pensez. Un partenaire peut être quelqu’un qui aide à financer l’achat, comme un parent ou un grand-parent. Un autre exemple de partenariat est celui d’un couple non marié qui achète une maison ensemble. Dans ces deux situations, il faut répondre à de nombreuses questions, comme entre autres : qui devrait être sur l’acte ? Qui devrait être sur l’hypothèque ? Dans quelle mesure tous les partenaires devraient-ils être impliqués ? Il n’y a rien de pire que d’attendre la dernière heure et de se rendre compte qu’il faut l’approbation finale d’un parent avant que les fonds ne soient octroyés.

9. L’immobilisation de vos fonds

Un élément clé de l’achat d’une maison est le transfert de fonds au vendeur. Ainsi, l’argent doit être accessible et disponible au moment de la clôture. La situation peut en effet être qualifiée de cauchemardesque lorsque l’argent d’un acheteur n’est pas accessible parce qu’il est bloqué dans une banque avec des options de transfert limitées. Une planification proactive peut éliminer ce problème. En communiquant avec votre banque à l’avance, vous pouvez vous renseigner sur les méthodes de transfert de fonds disponibles et vous assurer que vous n’aurez pas de problème au moment de la fermeture.

10. Aborder tout d’une manière pessimiste et catastrophiste

Presque toutes les transactions comportent des complications ou des inconvénients – l’inspection d’une maison ne se déroule pas aussi bien que prévu, vous avez besoin d’une prolongation pour obtenir du financement, un vendeur oublie accidentellement de soumettre de la paperasse, ce qui cause un retard. Face à ces problèmes, certaines personnes adoptent une mentalité d’apocalypse et se taisent. Avoir une approche axée sur les solutions est un moyen beaucoup plus efficace de résoudre tout problème lié à l’immobilier. Les choses ne vont pas toujours aussi bien que vous le souhaitez, mais si vous vous concentrez sur la recherche de solutions, vous avez une bien meilleure chance de réussir la transaction.