Comment estimer les meubles meublants ?

25
Partager :

Qu’ il s’agisse d’un héritier, d’un don ou d’un légataire, deux éléments sont pris en compte pour calculer le montant de l’impôt successoral : la proximité du défunt et la succession. La succession dépendra de la valeur des biens meubles et immeubles dont le propriétaire décédé. Une règle de base est appliquée : la valeur de la propriété est évaluée le jour du décès.

biens meubles, les règlements s’opposent aux meubles (pour usage et mobilier décoratif) aux œuvres d’art et de collection, ainsi qu’aux bijoux et aux objets de perles. En ce qui concerne les

A lire également : Comment sont imposés les loyers de votre location meublée ?

Mais la nature de certains meubles est ambiguë .

Le même meuble peut être considéré comme une œuvre d’art ou un meuble, selon les circonstances, et selon qu’il s’agit de l’un ou l’autre, les frais d’héritage peuvent être plus élevés ou inférieurs. Il s’agit donc de la distinction entre les autres, qui ne vont pas sans questions.

A lire aussi : Quel est le taux normal d'impôt sur les sociétés en 2021 ?

L’ étude de la méthode utilisée par les autorités fiscales pour estimer le mobilier d’une part et les œuvres d’art d’autre part sera examinée avant de remettre en question cette distinction.

I Règles pour l’évaluation des meubles (c.-à-d. meubles d’usage et décoration)

Base juridique générale : article 764 de la loi générale des impôts (les articles du Code civil et de la loi générale des impôts se trouvent au bas de la page). Définition du mobilier : Il s’agit du mobilier lui-même, c’est-à-dire des meubles destinés à l’utilisation et à la décoration des appartements, contrairement aux œuvres d’art et de collectionneurs, bijoux et perles. (Base juridique : article 534 du Code civil)

3 méthodes d’évaluation selon le cas : le paquet de meubles, l’inventaire, le montant obtenu à la vente aux enchères.

1) Le paquet de meubles Pour calculer la valeur du décor de la propriété, vous pouvez utiliser le soi-disant « paquet de meubles ». Dans ce cas, vous devez fournir à l’administration une déclaration détaillée et approximative que vous avez faite vous-même. Toutefois, une condition doit être remplie : la valeur totale résultant de cette estimation ne doit pas être inférieure à 5 % de la valeur de tous les autres actifs de la succession. Quels sont ces autres actifs ? — biens immobiliers, — autres biens mobiliers : portefeuille de valeurs mobilières, œuvres d’art non incluses dans le paquet mobilier… La valeur de ces actifs est évaluée avant que les dettes du défunt ne soient déduites. Remarques : A) Les 5 % d’emballage ne comprennent donc pas les œuvres d’art, les bijoux et les objets de collection. Ils doivent être estimés et indiqués séparément. (voir ci-dessous) b) Le paquet de meubles de 5 % ne s’applique pas à donations.Part qui devrait être fourni : un état détaillé et estimatif de l’installation

2) Stock

Pour estimer la valeur de la décoration de la succession, vous pouvez également choisir de faire un inventaire de vos meubles compilé par un commissaire-priseur, un huissier ou un notaire.Si il intervient après la déclaration d’un paquet de meubles et dans les 5 ans après la mort, il lui enverra Remplacer. (Bien sûr, il n’est pas nécessaire de faire une estimation si vous prévoyez de compiler un inventaire.)

Article à livrer : inventaire (base juridique : article 789 du Code civil pour la forme de l’inventaire)Choisissez le paquet de meubles ou le devis par inventaire :

L’

inventaire a toujours la valeur des preuves plus importantes pour les autorités fiscales que votre rendement estimé. Choisir l’inventaire, vous abandonnerez le paquet de meubles, mais dans certains cas, il gagnera distance est de loin préférée.

Un exemple concret pour illustrer l’objectif :

Une succession se composait uniquement d’argent sur des comptes bancaires et de titres d’une valeur d’environ 500 000€. Surprise des héritiers, enfants du défunt lorsque le notaire comptait 25 000€ sous le terme « forfait mobile » (soit égal à 5% du montant de la succession) Pour les héritiers, la valeur des meubles laissés par leur père ne pouvait pas atteindre un tel montant. Dans ce cas, les héritiers demandaient une estimation des meubles au moyen d’un inventaire.

Astuce de base : Lorsque le domaine se compose d’une grande masse de biens dans lesquels la part des meubles est très faible, l’application de paquet de 5% conduit à une surévaluation de ce mobilier. Si tel est le cas, vous devez choisir d’établir un inventaire pour échapper au colis. Voir les exemples codés ci-dessous (cliquez)

3) Le montant obtenu lors d’une vente aux enchères

Mais il ne faut jamais perdre de vue une règle de base : le montant applicable à l’administration fiscale est le prix obtenu en cas de transfert, c’est-à-dire la valeur marchande du bien. Cette valeur exclut toujours une estimation. Donc, si vous vendez l’un des meubles reçus comme un héritage dans une vente aux enchères dans la période de 2 ans après le décès du propriétaire de l’administration fiscale prendra en compte le sol.Si une plus-value est réalisée lors de ce transfert à l’égard de l’inventaire ou de votre déclaration approximative, il sera imposé parce que le prix de revente des meubles sera supérieur à celui pour lequel il est entré dans la succession.

Preuve à fournir à l’administration fiscale : la note de vente à poursuivre : Si un article est vendu et qu’aucun locataire ne trouve, l’administration fiscale peut saisir le prix de réserve dans pour déterminer sa valeur. (Base juridique : arrêt du Cours de cassation de juillet 1997) Définition du prix de réserve : dans une vente aux enchères, prix indiqué par le vendeur auquel il ne souhaite pas vendre.

II Règles d’évaluation des œuvres d’art, objets de collection, pierres ou bijoux

Nous verrons qu’ils sont moins favorables que ceux qui président à l’examen des meubles. Compte tenu de ces règles, il est donc essentiel d’examiner la frontière entre les deux catégories afin de déterminer dans quels cas les œuvres d’art peuvent être considérées comme des meubles et donc de réduire les frais de succession.

A) Règles d’évaluation

Base juridique générale : article 764 du Code général des impôts

4 méthodes d’évaluation selon le cas : déclaration détaillée et estimée, contrat d’assurance, inventaire, montant obtenu en une vente aux enchères.

1) Énoncé détaillé et d’évaluation

Si la marchandise n’a pas fait l’objet d’un contrat d’assurance spécifique, les héritiers peuvent fournir une déclaration détaillée et estimée qu’ils auront eux-mêmes établie, mais il n’y a pas de valeur fixe égale au colis meuble.

Confirmation : un aperçu détaillé et estimé de vos œuvres d’art, objets de collection, pierres ou bijoux (voir la définition dans le chapitre suivant)

2) L’assurance contractuelle

Mais s’il y a un contrat spécifique d’assurance vol et incendie pour ces éléments, la valeur déclarée dans votre estimation ne peut pas être inférieure à celle du contrat d’assurance.

Le contrat d’assurance établit la valeur d’un objet que sous certaines conditions : il doit pour le moment du décès et fermé par le défunt ou son conjoint moins de 10 ans avant l’ouverture de la succession.

Procédure à exécuter : S’il existe un contrat, la déclaration est obligatoire à l’ouverture de la succession ፦par les héritiers et légataires (art. 798 de la loi générale des impôts), -par les compagnies d’assurance. Leur déclaration doit être faite dans les deux semaines suivant le jour où ils ont pris connaissance de la mort. (art. 800 du Code général des impôts).

Si plusieurs polices peuvent être retenues, la valeur imposable est égale à la moyenne des évaluations prévues dans la présente politique.

3) Stock

Vous pouvez également choisir d’établir un inventaire par un commissaire-priseur, huissier ou notaire. Les valeurs estimées dans l’inventaire sont conservées par les autorités fiscales pendant les cinq années suivant la jour de la mort. Cependant, soyez prudent avec la primauté du contrat d’assurance : — S’il n’y a pas de contrat d’assurance pour cet article et que vous avez fait une déclaration approximative l’indiquant, la valeur de l’inventaire remplace la valeur spécifiée par vous. (Par conséquent, il n’est pas nécessaire de faire une estimation si vous envisagez d’établir un inventaire.) — Si un contrat d’assurance existe, la valeur retenue par l’administration fiscale sera la plus élevée entre la valeur du contrat d’assurance et l’inventaire. fournir : inventaire ou un acte juridique estimé (base juridique : article 789 du Code civil pour la forme de l’inventaire)

4) Le montant obtenu lors d’une vente aux enchères

De la même manière que pour les meubles, le prix de vente aux enchères dans les 2 ans à compter du jour du décès conservera une Le résultat d’une enchère a préséance sur l’estimation d’un inventaire et le montant établi dans un contrat d’assurance.Rappel, parce que vu ci-dessus, que si un objet est mis en vente et qu’aucun acheteur ne trouve, le prix de réserve peut être considéré comme estimant sa valeur. (Base juridique : arrêt du cours de cassation de juillet 1997) Ces règles sont donc moins favorables que celles applicables à l’appréciation de l’établissement, notamment l’impossibilité de recourir à l’ensemble des meubles. Voyons dans quelle mesure une œuvre d’art peut être assimilée à des meubles.

Pour résumer ce qui vient d’être dit : les œuvres d’art peuvent être incluses dans l’emballage de meubles si elles n’appartiennent pas à une collection et ne sont pas spécifiquement assurées.

B) Distinguer les meubles et les œuvres

Le problème de la distinction ne se pose pas pour les bijoux et les pierres, il suffit de suivre les règlements très clairs.Mais nous avons vu que les meubles de meubles est destiné à une utilisation ou ornement. N’est-ce pas une fonction que certains objets d’art peuvent effectuer ? Par exemple, la commode Louis XV qui a décoré la salle à manger de votre mère et dans laquelle le linge de table est stocké un meuble ou une œuvre d’art ? De même, le petit tableau signé Bonnard suspendu sur le dessus de la commode ne pouvait pas être considéré comme des meubles, car il était principalement un élément de décoration (et de plaisir) .En fait, la distinction est basée non pas sur la valeur des objets, mais sur la façon dont ils ont été présentés et stockés à la place de résidence du défunt.

1) Qu’est-ce qu’une œuvre d’art absolue pour les autorités fiscales ?

En ce qui concerne les œuvres d’art, les objets de collection et les antiquités, la loi générale de l’impôt définit cela dans Article 98 A de l’annexe III du code général des impôts. Ces trois catégories sont traitées de la même manière par les autorités fiscales parce qu’il s’agit de meubles non meublés.

En résumé, voici la définition d’une œuvre d’art pour la taxe administrative (texte intégral au bas dela page) : — peinture peinte à la main par l’artiste,— sculpture originale unique ou à partir d’un casting dans la limite de 8 exemplaires numérotés,— photographie prises par l’artiste, développées par ou sous son contrôle, signées, numérotées en 30 exemplaires tous formats et supports combinés, — estampes(gravure ou lithographie) signées, numérotées, — tapisdans la limite de 8 exemplaires, — céramique originale unique exécutée et signé par l’artiste.

Liste des objets de collection  : timbres, cachet postaux, enveloppes de premier jour, collections et spécimens pour les collections de zoologie, botanique, minéralogie, anatomie, historique, archéologique, paléontologique, ethnographique ou numismatique.

Définition des antiquités  : biens meubles, à l’exclusion des œuvres d’art et des objets de collection, qui ont plus de 100 ans.

Mais il est possible de contourner cette liste en justifiant que ces objets ne possèdent pas à des fins d’investissement mais à des fins ornementales et les intègrent ainsi dans l’ensemble des meubles.

Deux conditions pour qu’une œuvre d’art soit considérée comme un mobilier : elle décore votre intérieur sans l’étalage qui pourrait suggérer qu’elle appartient à une collection etqu’elle ne fait pas l’objet d’un contrat d’assurance spécifique. Par conséquent, il sera possible de l’inclure dans le paquet de meubles de 5% en raison de votre détail et approximatif .Explication de la première condition : Selon le Code civil (art. 534) sont considérés comme des meubles, ces peintures et statues qui ne font pas partie d’une collection, et ne sont pas exposés dans une galerie particulière. Ce concept d’une galerie particulière n’est plus vraiment adapté aux temps actuels.Et par conséquent, il est mis à jour par deux décisions principales:La première décision précise le concept de la collection : — la valeur de l’objet n’est pas un critère décisif, — le concept d’appartenance à une collection d’art demeure indispensable. Et si les objets ne sont pas exposés dans une galerie particulière, ils peuvent néanmoins être composés selon des critères sélectifs qui « attirent l’attention des visiteurs », qui caractérisent une collection . (Base : Cour de Douai, arrêt du 28 septembre 1965)

La deuxième décision insiste sur l’appartenance réelle à une collection:Dans ce cas un tableau de Poliakoff a été accroché dans un appartement d’un domaine ouvert. Pour l’administration fiscale, il s’agissait d’une œuvre originale conformément à l’article 98A de l’annexe III de la CGI. Les héritiers se sont opposés à cette position et l’affaire est allée devant la Cour de cassation.Celui-ci a alors considéré que, compte tenu de la façon dont le tableau a été présenté (galerie extérieure ou une certaine pièce), il a été utilisé uniquement pour décorer l’appartement et n’a pas probablement eu lieu dans une collection de peintures… parce que le défunt ne possédait rien d’autre que cela . Il pourrait donc à juste titre être considéré comme des meubles.

( Base : Cour de cassation, Chambre de commerce, arrêt du 17 octobre 1995).

Donc, si à la lumière de ces décisions de justice le buffet Louis XV ou le tableau de Bonnard mentionné ci-dessus n’étaient pas marqués comme des artefacts dans la maison du défunt, ils peuvent être dans l’emballage meubles intégrés.

III Les autorités fiscales se réservent toujours des preuves contraires . Quel que soit le mode de preuve qui préside à une cotisation (inventaire ou déclaration des héritiers), l’administration fiscale sera toujours en mesure de prouver le contraire. En principe, les héritiers qui sous-estiment leurs meubles sont exposés à un ajustement de l’administration fiscale.Dans le cas de l’adoption de l’emballage de meubles, les autorités fiscales peuvent contredire votre évaluation en fournissant des preuves que la valeur de vos meubles est plus de 5% des autres biens, parce certains documents permettent d’exclure l’emballage de meubles. Produire un inventaire notarié fait un an avant le décès. La loi dit « 5 ans après la mort » pour la validité d’un inventaire, mais la Cour de cassation a clairement indiqué que l’inventaire précédent était une preuve du contraire très recevable. (Fondement : jugement b) Si l’administration fiscale apporte la preuve que des meubles ont été sous-évalués dans l’inventaire, elle peut rejeter l’inventaire et tenir compte de l’emballage de 5 % de meubles. (Base : arrêt de la Cour de cassation du 08/02/2000)

c) Un autre exemple de preuve contraire est le cas d’une modification d’un contrat d’assurance par laquelle des œuvres d’art sont garanties. Un contrat d’assurance existait, mais il avait été souscrit depuis plus de 10 ans et ne constituait donc pas une base pour l’évaluation en vertu de la CGI. Mais l’assuré avait procédé à une nouvelle évaluation des objets. La Cour de cassation a considéré qu’il ne s’agissait pas seulement d’une mise à jour des valeurs, mais d’une véritable approbation. L’administration a alors été en mesure de l’assimiler à un contrat conclu depuis moins de 10 ans. (Base : cessation de la Cour de cassation 1994)

IV Choisir le paquet de meubles ou le nombre approximatif de meubles par inventaire, exemples : Imaginez que le total de l’immobilier (immobilier, valeurs mobilières, meubles non meublés) est égal à 2.000.000€, la valeur théorique du paquet de meubles à 5% est de 100 000€.

1er cas :Valeur des meubles après devis fait par vous-même ou par un professionnel (autre que priseur, notaire, huissier de justice) : 60.000€ Rappel : Il est préférable de faire un inventaire de vos meubles sous la forme de l’article 789 du Code civil, c’est-à-dire par un commissaire-priseur, un notaire ou un huissier de justice. 2ème cas : Vous avez dans votre domaine : 60 000€ de mobilier et une peinture d’une valeur de 150 000 €.Rappel : Les œuvres d’art peuvent être incluses dans l’emballage de meubles si elles ne font pas partie d’une collection et ne sont pas spécifiquement assurées (voir ci-dessus) .Donc, une table d’une valeur de 150.000€ répondant à ces conditions peut être inclus dans le paquet de meubles. Mais dans ce cas, il n’est pas nécessaire de faire un inventaire officiel et d’indiquer l’emballage de meubles.

Textes

1) Définition des meubles

Article 534 du Code civil Les mots « meubles » comprennent uniquement les meubles destinés à l’utilisation et la décoration des appartements, tels que tapisseries, lits, chaises, crème glacée, horloges, tables, porcelaine et autres objets de cette nature.Peintures et images qui composent le mobilier d’un appartement sont également inclus, mais pas limité aux collections de peintures qui peuvent être en particulier des galeries ou des chambres.Cela vaut de même pour la porcelaine Appartement sont énumérés sous le nom de « meubles ».

2) Détermination de la valeur des biens meubles

Article 764 de la loi générale des impôtsmarchandises modifiée par la loi n° 2006-728 du 23 juin 2006 — art. 32 JORF 24 juin 2006, en vigueur le 1er janvier 2007I. Aux fins de la liquidation des droits de transfert par décès, la valeur des biens immobiliers du bien meuble est déterminée, sauf preuve contraire : (1) Par le prix exprimé dans les instruments de vente, si cette vente est faite publiquement dans les deux ans suivant le décès ; (2) En l’absence d’actes de vente, l’estimation en inventaires, le cas échéant selon les formes prescrites à l’article 789 du Code civil, et dans les cinq ans suivant le décès, pour l’établissement et l’estimation inclus dans les stocks et autres opérations, le cas échéant, au cours de la même période ; autres biens meubles, à l’exception des (3) En l’absence des principes d’évaluation énoncés aux points 1° et 2, sur la base de la déclaration détaillée et estimée des parties ; toutefois, dans le cas des meubles et sans que l’administration n’ait à justifier leur existence, la valeur imposable ne peut être inférieure à 5% de tous les autres titres et biens immobiliers de la masse, avec preuve du contraire également réservé. II. Dans le cas des bijoux, poutres, oeuvres d’art ou objets de collection, sous réserve des dispositions du I, la valeur imposable ne peut être inférieure à la valeur des contrats d’assurance vol ou incendie en vigueur le jour du décès qui sont conclus par le défunt, le conjoint ou les auteurs moins de dix ans avant la début de la succession, sauf preuve contraire. S’il y a plusieurs stratégies qui peuvent être retenues, la valeur évaluable est égale à la moyenne des évaluations prévues dans la présente politique.

Définition du terme « non meublé » mobilier : œuvres d’art, objets de collection, antiquités

Article 98 bis de l’annexe III du code général des impôts

I. « biens usagés « : les biens meubles corporels qui peuvent être remplacés seuls ou après réparation, à l’exception des œuvres d’art, des objets de collection ou des antiquités et autres que les métaux précieux ou les pierres précieuses.

II. Les œuvres d’art suivantes sont considérées comme des œuvres d’art  :

( 1) Tableaux, collages et tableautins similaires, peintures et dessins réalisés entièrement à la main par l’artiste, à l’exclusion des dessins d’architectes, d’ingénieurs et d’autres dessins industriels, commerciaux, topographiques ou similaires, d’articles décorés à la main, de toiles peintes pour théâtres, d’arrière-plans d’atelier ou comme ;

( 2) Gravures originales, estampes et lithographies, dessinées directement en noir ou en couleur en nombre limité, une ou plusieurs plaques faites entièrement à la main par l’artiste, indépendamment de la technique ou du matériel utilisé, à l’exclusion des procédés mécaniques ou photomécaniques ; (3) À l’exclusion des articles de bijoux, d’orfèvres et de bijoux, des productions originales de sculpture ou de sculpture en toutes matières, à condition que les productions sont entièrement exécutées par l’artiste ; édition limitée en fonte de huit exemplaires et contrôlées par l’artiste ou ses successeurs ; (4) Tapisseries et textiles faits à la main, à partir de cartons originaux fournis par les artistes, à condition qu’il n’y ait pas plus de huit exemplaires de chacune d’entre elles ; (5) copies uniques de céramiques, entièrement exécuté par l’artiste et signé par lui ; 6° émail sur cuivre, réalisé entièrement à la main, dans la limite de huit exemplaires numérotés et avec la signature de l’artiste ou de l’atelier d’art, sauf de bijoux, orfèvres et bijoux ; 7° Photos prises par l’artiste, dessinées par lui ou sous son contrôle, signées et numérotées dans une limite de trente exemplaires, toutes tailles et tailles confondues.

III. Les objets decollection comprennent les articles suivants , à l’exception des produits neufs :

1) Les timbres, timbres fiscaux, timbres, enveloppes du premier jour, timbres et articles similaires, qu’ils soient annulés ou non, mais non en vigueur et non destinés à être conservés ;

2° Collections et spécimens pour les collections de zoologie, botanique, minéralogie, anatomie, ou d’intérêt historique, archéologique, paléontologique, ethnographique ou numismatique.

IV. Lesantiquités sont des biens meubles, à l’exception des œuvres d’art et des objets de collection, qui ont plus de cent ans.

© Prodezarts.com

Voir : Prodezarts, comment ça marche ?

Partager :
Show Buttons
Hide Buttons