Quelle taxe pour un local commercial ?

20
Partager :

Suite aux éclaircissements de la loi Pinel sur les responsabilités des signataires d’un contrat de location commerciale, pour certains, la question de l’ impôt foncier demeure. Qui doit payer pour ça ? Le propriétaire ou le locataire ?

L’ impôt foncier est le nom donné à l’ impôt local payable par le propriétaire de l’immobilier. Cette taxe peut comprendre trois caractéristiques : TFPB pour l’impôt foncier sur les immeubles bâtis, TFPNB pour l’ impôt foncier Qu’est-ce que l’impôt foncier ? sur les propriétés non construites et, enfin, TEOM pour la taxe sur l’élimination des déchets.

A lire en complément : Comment échapper à une procédure d'expulsion ?

Cette taxe de recensement vise à renforcer les ressources fiscales des différentes communautés. Il devrait être distingué de la taxe sur le logement et de la contribution financière des entreprises réclamées du locataire qui a un exercices d’activité professionnellement. L’ impôt foncier , en revanche, est de la responsabilité du propriétaire, mais jusqu’à la loi Pinel publiée en juin 2014 et le décret d’exécution de novembre 2014, il était d’usage de mettre en place un contrat de location commerciale pour introduire un certain nombre de taxes et de transferts au locataire, y compris l’ impôt foncier . Le décret n° 2014-1317 du 3 novembre 2014 modifie-t-il cette pratique ?

La loi du 18 juin 2014, surnommée « Loi Pinel », vise à rééquilibrer les obligations financières entre le propriétaire d’un bien commercial et le locataire en imposant un partage plus équitable de la charge. Ce cadre juridique prévoit qu’un certain nombre de taxes et de charges ne peuvent plus être imputés au locataire. Dans l’ensemble, en ce qui concerne les obligations de chaque individu, Les dépenses liées aux grands travaux sont à la charge du propriétaire, tandis que les frais d’entretien courant des locaux Pinel Law : qu’est-ce qui a changé ? sont supportés par le locataire.

A lire aussi : Qui est responsable des dégradations d'un logement en cours de location ?

Bail commercial : qui paie la taxe foncière ? En particulier, les détails des coûts qui ne peuvent plus être répercutés sur le locataire concernent :

  • travaux liés à l’amélioration des normes de conformité à la réglementation, ou liés aux bâtiments obsolètes.

  • Honoraires liés à la gestion de la location des locaux .

  • réparations majeures liées à la résistance et à la structure globale du bâtiment.

  • dans le cadre d’un immeuble collectif, les coûts liés à des locaux inutilisés ou gérés par d’autres locataires.

En ce qui concerne l’ immeuble retenue (s) d’impôt (s), la loi reconnaît au propriétaire la possibilité de le facturer au locataire. Cette clause s’applique généralement à tous les impôts, taxes ou redevances relatifs aux immeubles loués ou à un service bénéficiant directement au locataire.

Même si la loi Pinel clarifie la répartition des tâches des signataires au bail, la liberté contractuelle reste applicable, notamment en ce qui concerne l’ imputabilité de l’impôt foncier .

Partager :
Show Buttons
Hide Buttons